Enfant, les bras ouverts dans un champ de blé; des vies de Frère, le blog des Frères des Écoles Chrétiennes

Frère Jean-Paul Aleth - Des vies de frères - le blog des freres des ecoles chrétiennesPour qui sait prendre le temps d'une courte pause en jetant un coup d'oeil rétrospectif sur le fil de sa journée, une heureuse surprise l'attend…

Oui, chaque jour, un merveilleux cadeau nous est offert dans l'ordinaire des semaines : ce peut être une rencontre inattendue, une parole de réconfort, une image ou un texte, un événement ou un échange, un courrier ami, un geste de soutien ou d'encouragement ! C'est pourquoi je vous partage simplement le fruit de ma dernière « récolte ».

Cette semaine, je réside à Neuchâtel, en Suisse, où neuf frères continuent de vivre la mission lasallienne. Une fois par mois, en soirée, dans la maison de Vieux-Châtel, des personnes, jeunes ou adultes, qui vivent dans la rue ou qui sont en grande difficulté morale partagent la célébration eucharistique communautaire. Des frères préparent et animent ce temps de prière : décoration florale, chants, lectures, pensée choisie qui touche le coeur. Cette semaine, ils ont choisi d'écrire en lettres majuscules, sur le feuillet liturgique, cette parole du philosophe et théologien du pays Maurice Zundel : « L'homme s'accomplit quand il a les bras ouverts : pour accueillir et pour offrir, pour donner et pour échanger. » 

Christ de Rio les bras ouverts dans le ciel bleu, des vies de Frère, le blog des Frères des Écoles Chrétiennes

Je reçois avec joie, comme un trésor de grand prix, ces quelques mots à la veille de ce temps d'été. Vivre « bras ouverts », n'est-ce pas un beau programme de vacances ? Accueillir, offrir, donner, échanger à chacun de cueillir et d'éprouver la beauté de l'une ou l'autre fleur de ce bouquet . D'abord, en contemplant avec les yeux du coeur ceux et celles qui, tout près de nous, l'expriment discrètement, ( le bien ne fait pas de bruit ! dit-on ). C'est un vrai motif de louange et d'action de grâce. Puis, en risquant nous-même quelques pas sur ce chemin de vie. Frères, amis lecteurs, je vous (nous) souhaite de le vivre davantage au cours de ces semaines estivales, assurément pour notre plus grande joie. Alors, « bras ouverts », pourquoi pas ?