Frère Michel Fleury - des vies de Frères, le blog des frères des écoles chrétiennesNous sommes le 10 mars.

Soudan - Frère Michel Fleury - des vies de Frères, le blog des frères des écoles chrétiennesJe suis encore à Khartoum pour quelques jours, après trois mois de séjour, en deux fois. Et j’ai promis cette contribution au blog pour la fin du mois… Ma journée a été très calme, « au frais » dans la maison communautaire (le frais, c’est quand même 35°). J’ai révisé et « ordinateurisé » des exemples de célébrations que l’on peut faire avec des élèves en école ou en paroisse, préparés par des élèves catéchistes.

J’écoute en boucle une chanson d’un chanteur soudanais que je viens de découvrir… sur Youtube ! J’aime beaucoup cette musique. Comme j’ai aimé en Egypte Oum Kalthoum et d’autres et suis très fier de connaître par cœur certaines de leurs chansons… Comme j’ai aimé, au temps où j’étais à St Denis et à Garges, Pink Floyd, Deep purple, Chick Korea etc… comme j’ai aimé la musique classique quand j’étais dans les beaux quartiers et reste un fan de bel canto… Alors : mimétisme ? caméléon ? Peut-être.

Pour moi, découvrir un peuple, c’est vivre avec, y avoir des amis plus que des élèves ou des collaborateurs, ressentir ce qu’ils ressentent, aimer ce qu’ils aiment. Il y a sans doute une part d’illusion, voire de romantisme. Il y a aussi des limites: je n’apprécie pas du tout le tam tam qui accompagne parfois les danses de la tribu voisine pendant 72 heures d’affilée…

J’en suis là de cette lettre quand je rejoins la communauté pour l’heure de méditation du carême autour la lettre pastorale du Frère Supérieur: « Notre vie religieuse se sent appelée par le désir d’aller plus avant, aux frontières, d’être plus proche des gens, de leurs problèmes et de leurs espoirs… d’aller plus à l’intérieur de la compassion de Dieu pour ses fils »

« A l’intérieur », c’est bien ça.

Je suis plus que jamais admiratif de cette parole attribuée au Fondateur : « d’un engagement dans un autre »…Visitant, dans les années 80, un missionnaire, qui vivait dans un camp de déplacés autour de Khartoum, je m’étais dit: « S’il y a un endroit où je n’aimerais pas vivre, c’est bien là ! ». Et c’est là que je me suis retrouvé peu après et ai vécu trois ans. Et où je suis invité à retourner en octobre prochain.

Moi qui n’avais jamais envisagé ma vie de Frère en dehors de l’hexagone !

Frère Michel Fleury - des vies de Frères, le blog des frères des écoles chrétiennesJ’y vois un peu de ma volonté, peut-être des lubies, car il est plus facile d’être « proche »… au loin… que près de chez soi ! Mais j’y vois aussi la volonté d’un Autre. Et je lui en rends grâce.

Le cardinal Zubeir nous a dit lors de la journée de la vie consacrée (le 2 février) : « Applaudissez-vous vous-mêmes tous les matins en vous réveillant, car si vous ne le faites pas, personne ne le fera à votre place. »

Alors j’applaudis.

Et le Frère Hossam nous propose ce soir ce texte :

« Faites des disciples, et non des maîtres
Faites des personnes, non des esclaves.…
FAITES DES FRERES. »

Quand j’étais jeune Frère, je me plaisais à penser que mes futurs élèves étaient déjà nés, qu’ils allaient à l’école, etc.… Maintenant qu’ils sont pères au Soudan, grands pères en Egypte et peut-être même arrière grands pères en France, j’en suis à me demander : « Est-ce que nous avons fait des disciples, des personnes, est-ce que nous avons fait des frères ? »