Des vies de Frre

F. Vincent de Léglise

Frère Vincent de Léglise est en communauté à Toulouse. Il est directeur d’un collège, au sein d’un ensemble scolaire (Saint Joseph) qui accueille près de 2500 élèves dans le quartier de la Côte Pavée. Sa mission l’amène donc à s’engager dans tous les domaines : pédagogique, éducatif, pastoral et administratif. F. Vincent retrouve là une activité qui se rapproche de celle qu’il a connue entre 2000 et 2003 à Passy- Buzenval, établissement lasallien de la région parisienne dont il est ancien élève et où il a enseigné l’histoire-géographie et assumé la responsabilité des classes de Troisième avant de rejoindre les Frères. Il a prononcé ses premiers vœux en 2006, après avoir été postulant à Lyon puis novice en Espagne.

Un engagement personnel, en confiance

Voeux de Frère Vincent  - Des vies de Frères, le Blog des Freres des Ecoles Chrétiennes

Frère Vincent de Léglise  - des vies de Frère, le blog des frères des écoles chrétiennesIl y a quelques jours, j’ai renouvelé mes vœux temporaires, pour la 4ème fois. Jusqu’à maintenant, j’avais toujours effectué cette démarche – certes, personnelle – avec un autre jeune Frère qui vivait dans la même communauté que moi. Mais F. Matthieu a répondu à un appel des Visiteurs pour aller fonder une école en Guyane. Il a donc renouvelé ses vœux là-bas, pendant que F. Josselin les renouvelait à Paris. Nous étions unis, bien sûr, les uns aux autres… et pourtant…


Tant d’événements se sont bousculés depuis le début de l’année !... nouvelle mission pour Matthieu, mort de deux de nos Frères proches – Gérard et Bernard – , discernement ou éloignement de tels autres Frères chers…

Tant d’événements, de départs, de ruptures affectives rappellent combien l’engagement de vie de tout homme – quelle que soit la nature de cet engagement – est un engagement absolument personnel. Certes, je m’engage au sein d’un Institut, mais je m’engage avant tout devant Dieu, et face à ce choix, je suis seul. Est-ce que je souhaite – et en suis-je capable ? – me donner totalement à Dieu pour faire sa volonté ? Sans doute a-t-il fallu tous ces signes pour que je prenne davantage conscience encore de cet aspect vertigineux mais libérant de l’engagement.

M’engager, une nouvelle fois, a donc été pour moi une façon d’exprimer combien l’Espérance est forte en moi et combien raisons d’avoir confiance en l’avenir sont nombreuses.

La première raison – la plus importante ! – est la fidélité de Dieu à mon égard. La prière demeure pour moi une pierre angulaire de ma vie. Même si ce n’est pas "l’extase" tous les jours, et même si je ne suis pas toujours à la hauteur de ce que je voudrais, j’ai beaucoup de joie à me nourrir de la Parole de Dieu, beaucoup de joie à réciter les psaumes, beaucoup de joie à mettre le Christ au centre de ma vie. Même si j’ai bien conscience que je dois beaucoup de toute cette joie à l’infinie miséricorde, l’indéfectible fidélité et l’immense patience du Seigneur !

La seconde raison d’avoir confiance en l’avenir, ce sont tous les petits signes que j’ai reçus depuis six mois : les trois sessions du Chapitre, le rassemblement La Salle’10 à Passy, la rencontre des jeunes Frères d’Europe en Italie, la participation à mon 1er conseil de district, … Tous ces événements m’ont fait toucher du doigt cette fraternité et cette sérénité qui émane du « Corps de l’Institut » comme on dit, au-delà de nos difficultés et de nos différences.

Et puis il y a la présence quotidienne de mes Frères de communauté, qui me supportent, tant en acceptant mon caractère qu’en m’aidant dans ma mission de direction d’un collège, en acceptant les contraintes, les difficultés, les découragements, la fatigue, les absences engendrées. Sans oublier non plus ma famille et mes amis qui occupent une place essentielle dans ma vie de religieux.


C’est sûr de cette confiance de Dieu et fort de l’Espérance qui en découle, fort aussi de ma foi dans le Corps de l’Institut, que j’ai donc renouvelé, cette année encore, mes vœux chez les Frères des Ecoles Chrétiennes, pour une durée d’un an. En espérant que cela me rendra capable, d’ici quelques mois ou années, de prononcer avec plus de force encore, ces paroles du psalmiste (dans le Psaume 103) :

« Je veux chanter le Seigneur tant que je vivrai.
Lui dire des psaumes toute ma vie.
Puisse ma méditation lui plaire.
Moi, je me plais dans le Seigneur. » (Ps 103, 33-34)

Fra-ter-ni-té !

Frère Vincent de Léglise  - des vies de Frère, le blog des frères des écoles chrétiennesFascinant, ce succès de Facebook et des autres réseaux sociaux virtuels qui envahissent nos écrans d’ordinateur et accaparent pas mal de notre temps ! Impressionnant, le nombre d’amis qu’ont tous ces ados… Impressionnant… et étonnant ! Car, au début de l’année, combien de parents ont fait pression pour que leur enfant soit dans la même classe que leur copain, « l’unique, le seul qu’il a au collège » !… Les "amis Facebook" ne seraient-ils que des amis virtuels ? Moi qui essayais d’en avoir le maximum, quelle désillusion !...

Sur la cour, c’est la même chose : combien de bagarres, combien de brimades… « pour s’amuser » ?

« - Mais, Frère, c’est pour rigoler, car c’est mon meilleur ami !...
- Oui… sauf qu’il est en train de pleurer, ton "meilleur ami", et que tu lui as fait mal !... »

Affiche du film d'une seule voix -Frère Vincent de Léglise - des vies de Frère, le blog des frères des écoles chrétiennesDifficile d’expliquer aux jeunes ce qu’est l’amitié, la vraie. Celle qui fait grandir l’autre. Celle qui amène à la fraternité et peut faire tomber des murs. Difficile, et pourtant indispensable…

Pour preuve, "D’une seule voix", ce film bouleversant qui vient de sortir sur les écrans français.

Il s’agit d’un documentaire retraçant la tournée française de musiciens israéliens et palestiniens qu’un homme – un peu fou – décida de réunir, il y a 3 ou 4 ans. Ils ne s’étaient jamais parlé. Ils ne se connaissaient pas. Ils avaient peur les uns des autres. Et pourtant… Et pourtant, ils ont réussi à vivre plusieurs mois ensemble et à monter sur la même scène !

Bien sûr, cela n’a pas empêché que l’on divise Jérusalem en deux et cela n’a pas stoppé les attentats qui mutilent chaque jour davantage le Proche-Orient. Mais, comme l’explique François-Hugues de Vaumas, producteur du film : « Depuis 60 ans, la politique échoue à régler ce conflit. Même si cela doit prendre du temps, c’est donc en changeant les cœurs des hommes, les uns après les autres, que nous changerons le cours de l’Histoire ».

Ca y est… je crois que j’ai trouvé comment expliquer à mes élèves ce qu’est la fraternité…

- page 2 de 4 -