Des vies de Frre

F. Louis Cognée

Après des années d’enseignement dans le primaire et en Cours complémentaires, Frère Louis Cognée a travaillé au service du diocèse de Nantes comme animateur catéchétique en particulier dans la promotion des moyens audio-visuels au service de la foi. Aujourd’hui en communauté à Saint-Denis, il participe à la coordination d’une unité d’alphabétisation auprès des émigrés, au sein de l’Association « ALFAccueil » de l’Ensemble scolaire Jean-Baptiste de La Salle – Notre-Dame de la Compassion. 4 Frères de la communauté de Saint-Denis y sont engagés au service de 250 adultes avec une soixantaine de bénévoles.

Parler pour vivre

Frère Louis Cognée - des vies de Frère, le blog des frères des écoles chrétiennesIl vient d’arriver à Saint-Denis. Il a fui son pays. Là-bas c’est la guerre. Il a laissé derrière lui des parents, des frères, des cousins. Il a rassemblé quelques affaires à la hâte et il a quitté sa terre prenant avec lui sa femme et ses deux petits, 3 et 5 ans. Il s’appelle Nazir.

Aujourd’hui, Nazir vient se présenter au bureau des inscriptions pour apprendre le français. Un copain l’accompagne. Un Ancien. Il ne connaît pas un mot de notre langue. Son copain m’explique rapidement sa situation de réfugié politique. Le visage en dit plus que les mots. La détresse est visible. C’est la galère ! Venu de si loin pour éviter la mort, il pense trouver ici un brin d’espoir pour vivre. J’entends… Son cri vient de loin !

Vivre - Frère Louis Cognée - Des vies de Frères, le blog des Frères des Ecoles Chrétiennes« Offrez-moi une chance d’apprendre à parler,… pour vivre ! Inscrivez mon nom sur votre liste et accordez-moi une place d’où je pourrai entendre le son des mots qui vous relient aux autres et qu’à mon tour je parvienne à communiquer avec ceux qui m’entourent. Je suis un homme perdu dans le flot des migrants et j’ai envie de vivre ! Comptez-moi au nombre de ceux qui franchiront le seuil de votre établissement. Je viendrai me joindre à ces hommes et ces femmes qui s’efforcent de prononcer les mots de votre langue. Je me mettrai à votre école. Comme un enfant, j’apprendrai à parler J’apporterai toute mon application à répéter ce que vous me direz. Je recopierai sur ma page blanche les mots du tableau noir. Je veux savoir me présenter, apprendre à demander du pain, remplir ma demande d’asile, lire les stations du métro, déchiffrer les titres du journal, confier ma souffrance au médecin du quartier, élever dignement mes enfants en les ouvrant au monde qui les entoure. Je vous en supplie, accueillez-moi ! Ne fermez pas votre porte !»

Des «Nazir », ils sont des centaines à se présenter. Où trouverons-nous assez de place pour nourrir cette foule du pain de la parole ? De celle qu’il faut entendre et de celle qu’il faut dire. De celle qu’il faut comprendre et de celle qui fait vivre. Il faudrait tant de lieux ! il faudrait tant de voix ! il faudrait tant de temps ! Il faudrait un miracle !

« Vous tous qui avez faim, vous tous qui avez soif, venez vous rassasier du pain de la parole ». Nous l’avons reçue gratuitement, nous vous l’offrons gratuitement.

Si JBS revenait

Frère Louis Cognée - des vies de Frère, le blog des frères des écoles chrétiennesSi St Jean Baptiste de la Salle revenait à Saint Denis aujourd’hui, sans doute serait-il frappé par la population qu’il croiserait dans les rues. Il s’informerait sur cette présence massive d’étrangers dans l’agglomération parisienne et plus largement sur le sol du territoire français. Il s’interrogerait sur le pourquoi et le comment d’une telle concentration d’émigrés à notre époque. Il apprendrait sans doute beaucoup de choses sur leurs origines et les raisons multiples qui les ont poussé à quitter leur patrie. Il serait également touché par leur indigence tant linguistique que matérielle et financière. En allant leur rendre visite il découvrirait leur conditions de vie et serait étonné de voir toute une jeunesse désoeuvrée. Il déplorerait, tout comme nous, ces dérèglements de conduite exprimés par la violence, la délinquance, le vol et la drogue.

Peut-être aurait-il eu quelques idées pour tenter d’apporter une aide tant matérielle que culturelle, voire spirituelle, à cette population en quête de reconnaissance et d’intégration.

Or, il y a un peu plus de 50 ans, quelques personnes, parmi lesquels certains de ses disciples, se sont « associés » pour offrir gratuitement des cours du soir à un groupe d’étrangers demandeurs d’alphabétisation. A leur suite, nombre de frères et de laïcs se sont prêtés bénévolement à ce service. La relève s’est toujours faite et le nombre d’étrangers n’a cessé de croître. Aujourd’hui ils déferlent par centaines, entraînés par une poussée des pays pauvres vers les pays riches et contraints, par volonté politique, d’assimiler la langue française s’ils veulent s’établir définitivement sur le territoire français.

Mme Fustier - Frère Louis Cognée - Des vies de Frères, le blog des Frères des Ecoles ChrétiennesAujourd’hui, ils sont plus de quarante bénévoles à se regrouper autour de ce projet. Parmi eux se trouvent encore quelques disciples de Jean-Baptiste de la Salle. Tous acceptent de consacrer une partie de leur temps pour procurer à cette population les premiers apprentissages de la langue afin de leur permettre d’entrer en relation avec leur entourage, d’effectuer les démarches administratives nécessaires à leur droit de séjour et de résider dignement au milieu de la société française.

Voilà leur pauvreté. Les « pauvres » sont à notre porte. Ils sonnent à notre porte ! Ils sont des centaines. Nous ne pouvons fermer les yeux sur eux pour aller les chercher ailleurs. Peut-être ne sont-ils pas à l’image de ceux que nous espérions rencontrer. Mais à Saint Denis, nous n’avons même plus à les espérer : ils sont là concrètement, et ils attendent !

Nous avons estimé dernièrement qu’il devenait souhaitable de structurer cette initiative en fondant une association : « ALFAccueil » (Apprendre la Langue Française dans un lieu d’Accueil). En effectuant cette démarche nous prenons conscience qu’un nouveau pas vient d’être franchi. Désormais l’alphabétisation des adultes étrangers à l’ensemble scolaire Saint Jean-Baptiste de La Salle – Notre Dame de la Compassion est devenue un secteur d’activité dépendant directement du chef d’établissement. Plus largement, il s’inscrit dans l’ensemble du dispositif lasallien comme un département spécifique appliqué à une population en manque d’un besoin fondamental pour vivre dignement. Nous sommes là au cœur de notre vocation.

C’est peut-être l’une des formes de réponse que Jean-Baptiste de la Salle aurait donnée à la requête des gens qu’il aurait croisés dans les rues de Saint-Denis…C’est peut-être pour nous aujourd’hui une nouvelle manière de pérenniser son charisme.

- page 2 de 4 -