Des vies de Frre

F. André-Pierre Gauthier

Frère André-Pierre Gauthier, assure au sein de la communauté d’animation et de gouvernement du district de France (la Province chez les Frères), une responsabilité de Visiteur Adjoint, au service de la formation. C'est-à-dire de supérieur provincial, secondant le Visiteur-provincial de France. Il est chargé également de l’accompagnement de communautés de Frères.

Il  a longtemps enseigné les lettres en lycée, souvent avec une mission de pastorale. Actuellement, il travaille à une thèse de doctorat en théologie à l’Institut Catholique de Lyon. Frère André-Pierre est en communauté rue Mayet (Paris).

Aubergiste ?

Frère André-Pierre Gauthier - des vies de Frère, le blog des frères des écoles chrétiennesQuelques toits de voiture enneigés, ce matin, rue de Sèvres. Lundi d’Avent… Est-il possible que Noël soit déjà à portée de vitrine et de regard d’enfant ? Qu’il fait bon que Celui qui nous rejoint l’ait fait au détour d’un recensement, d’un hasard de calendrier. Le hasard, Dieu qui s’avance incognito ! Les calendriers des frères visiteurs sont, eux, bien planifiés. D’un mois sur l’autre, le secrétaire nous les demande. Je peux déjà vous dire ce que je ferai très probablement le 26 décembre, quoi qu’il arrive dans la nuit du 24 au 25. Illustration de l'article de Frère André-Pierre GauthierCertains visiteurs, prudemment, ajoutent une ligne rappelant que ce qui est prévu peut être « changé en fonction de l’imprévu ». Ils sont prévoyants. Hier soir, entrée en Avent à la paroisse. L’eucharistie s’est déroulée comme prévu. Pas de surprise apparente. D’ailleurs les visages, extérieurement du moins, ne témoignaient d’aucun bouleversement. Même les admonestations vigoureuses du prophète Isaïe semblaient peu déconcertantes. En fait, c’était prévu dans la liturgie… Et, de toute façon, tout ce qui n’était pas prévu était prévisible, disent certains. Comment accueillir ce que l’on nomme l’imprévu de Dieu dans nos vies programmées ? Aujourd’hui de quel imprévu suis-je capable ? Saurai-je accueillir l’imprévu de ce jour ? Oh pas cet imprévu unique, sidérant : la venue du Fils de Dieu sur terre ! Non, simplement de jeunes époux qui attendent leur premier né et cherchent une toute petite place à l’auberge. L’aubergiste, c’est moi : l’imprévu de l’instant me dérange toujours un peu. Toi aussi, sans doute ? C’est bien ce que je… prévoyais ! Non ? Pas toi ? L’imprévu te stimule ? Mais, te connaissant, c’était prévisible… Bon Avent !

"Excusez-nous, mais on te prévient un peu tard..."

Frère André-Pierre Gauthier - des vies de Frère, le blog des frères des écoles chrétiennesUn baptême, une profession de foi ou une confirmation, voilà souvent l’occasion du coup de fil d’un ancien ou d’une ancienne élève. Cette fois-ci, ce sont Raphaël et Simon qui font leur première communion en ce dimanche 09 mai. Oui, c’est vrai, le coup de fil est venu un peu tard, je ne pourrai pas être là : « Mais on compte sur ta prière ce jour-là ! » C’est toujours la même joie d’apprendre les premières étapes des enfants de parents, connus ados ou jeunes étudiants… et qui, maintenant, sentent que pour leurs propres enfants, être de la famille des chrétiens, apprendre à dire « je » dans l’Église, ça compte !

F. Georges Métayer et un jeune - des vies de Frère, le blog des frères des écoles chrétiennes Les jeunes parents sont souvent pudiques sur leur propre foi, mais que de confidences à partir du cheminement de leurs propres enfants. Quelle belle médiation que la confiance de l’enfant pour faire naître la confidence entre adultes…

« Je vous préviens un peu tard mais je suis à Paris ce jeudi soir et, avant mon train pour Lille, on pourrait boire une bière… »

Les obligations professionnelles sont aussi de belles occasions. Nicolas a 24 ans. Son travail, ses projets, les nouvelles des amis communs le rendent bavard, bien plus qu’il ne l’était en cours de français en seconde.

L’heure tourne.

Frères en prière - des vies de Frères, le blog des frères des écoles chrétiennes« Au fait, je voulais vous dire (il ne peut pas passer au « tu ») quelque chose qui va vous faire plaisir. Je retourne à la messe de temps en temps le dimanche soir. Je n’ai plus d’excuses, l’heure me convient… et surtout, j’en sens le besoin. »

C’est le moment de payer. Le train n’attendra pas.

Jeune Frère, je me demandais parfois pourquoi les plus anciens aiment ces longs temps de prière personnelle. Je comprends mieux que c’est d’abord le temps de rendre grâce.

Quel bonheur d’être éducateur à plein temps. Il est parfois « un peu tard » pour être présent au jour J. Jamais pour faire offrande à Dieu de ce présent.

- page 2 de 4 -