19 mars 2011 –

Frère Daniel Lafouge, Des vies de Frère, le blog des Frères des Écoles ChrétiennesJe participe à une rencontre où la plupart des personnes sont des femmes vivant seules, ayant un travail et charge d’enfants. Ce qui me frappe :

- pour la première fois Marie-France est partie en vacances : un voyage d’une semaine avec une association de quartier « Ca m’a fait du bien surtout que je devenais un peu dépressive » Enfants, des vies de Frère, le blog des Frères des Écoles Chrétiennes

- Anne-Marie, célibataire, adopte un enfant déficient mental qui est placé dans un Institut Médico Educatif, travaille toutes les nuits et trouve le temps et le moyen d’être responsable d’un club d’enfants sur le quartier avec l’Action Catholique des Enfants.

- Daniel nous dit sa joie d’avoir un appartement pour lui tout seul. C’est la première fois depuis qu’il est sous tutelle.

Par ce partage, initié par la Mission Ouvrière, la confiance entre les personnes se tisse et produit du lien social. Et nous comment nos partages ouvrent à la confiance ?

26 mars 2011 -

Table ronde du CCFD, des vies de Frère, le blog des Frères des Écoles Chrétiennes

Je participe au 50° anniversaire du Comité Catholique Contre la Faim et pour le Développement – Terre Solidaire. Trois interventions de partenaires étrangers. Ce qui m’a frappé pour Edith Yovana du Chili c’est cette attention à toujours partir des plus petits pour organiser quelque chose, pour Jini Jin de Corée du Sud c’est l’organisation des femmes qui travaillent à temps partiel c’est à dire qui travaillent à plein temps mais qui ne sont pas payées à plein temps et pour George de la Palestine son espérance, malgré les difficultés - par exemple un village à 300 m. d’un point d’eau, ne peut y accéder à cause de l’occupation - d’une véritable amitié entre les deux peuples d’Israël et de Palestine.

Ces exemples nous montrent jusqu’où peut nous amener la confiance mutuelle entre les personnes. Et nous, notre confiance envers les autres à quelles actions nous mène-t-elle ? Méditons cette parole d’Isaïe : « Quel est donc le jeûne qui me plaît ? N’est-ce pas faire tomber les chaînes injustes, délier les attaches du joug, rendre la liberté aux opprimés, briser tous les jougs… ? (Isaïe58, 1 et suivants)