rère Michel Chaussier - Des vies de FrèresCe n’est pas la reprise d’un programme politique du siècle passé mais ma vie de Frère actuellement. Après 9 années dans la tiédeur tropicale de l’île de La Réunion me voilà de retour en Métropole à la communauté Saint Jean Baptiste de La Salle, Montée des Carmes à Lyon. C’est d’abord un changement : après ces 9 ans passés au collège de Maison Blanche au Guillaume dans les hauts de Saint Paul comme professeur d’histoire géographie en 6è et en 4è et responsable de pastoral en 6è-5è, me voilà atteint par l’âge de la retraite… Déjà ! Le départ fut confirmé par la fermeture de la communauté, suivi de la démolition des locaux communautaires pour construire le futur lycée de Maison Blanche. Continuité… c’est la quatrième fermeture de communauté que je vis en direct ; c’est le lot commun de beaucoup d’entre nous.

Equipe du Clal de La Réunion, au collège St-MichelAprès ces années fort occupées, une nouvelle aventure commence à Lyon dans une communauté et une ville où je n’ai jamais vécu. C’est la découverte d’un milieu que je connais peu : la grande ville, le monde étudiant avec les classes prépas et l’ECAM voisines après 32 ans en milieu plutôt rural. Changement de climat surtout en cette fin d’automne froid et neigeux… C’est la retraite… donc plus rien à faire ? Pas tout a fait ! Les possibilités d’engagements et les sollicitations ne manquent pas. Pour la continuité, ce sera la catéchèse dans 2 classes de 5è au collège des Lazaristes place St Jean et une heure à l’école St Nizier au-delà de la Saône. Il ne faut pas perdre trop vite le contact direct avec les jeunes. Et pour le changement, deux jours de recherches aux Archives des Frères à la Croix Rousse. C’est la découverte d’une histoire de famille dont j’ignorais l’essentiel. Pour entretenir ma culture religieuse, un cours à la Faculté catholique sur la Bible suivi de lectures diverses et d’une plongée dans la nouvelle TOB. C’est aussi avoir du temps pour prier même si l’habitude de faire autre chose est toujours là. Avec la communauté, participer aux services et à l’accueil des gens de passage : phase de découverte, de l’inconnu, « dans la maison du passage » comme dit frère Jean Paul. Pas toujours évident de recevoir des habitués de la maison qui connaissent les lieux mieux que moi ou de répondre aux nombreux coups de fil. Vivre ce temps de rupture après une vie d’engagement intense n’est peut être pas si évident. Il s’agit de trouver d’autres voies sans se mettre la pression. « Quand je serai en retraite, je… » combien de fois ai-je entendu cette expression chez mes confrères et qui continuaient à n’avoir pas le temps de… Comme j’y suis, en retraite, il faut assumer et le vivre le mieux possible même si la norme « productiviste » pèse toujours… L’aventure continue sous d’autres formes.

F. Michel Chaussier